Les outils de l’écrivain : carnet, smartphone, LibreOffice, Emacs/Org-Mode

Chaque artisan possède ses outils, qu’il chérit et entretient : il faut les graisser, les affûter, reconfigurer son noyau… De même, tout artiste a besoin de peaufiner ses outils, l’écrivain ne fait pas exception.

Avec quels outils écrire ? Quel support (papier ou logiciel) ? Comment prendre des notes et s’organiser efficacement ? Comment écrire sans être dérangé ? Nous traiterons ici ces multiples aspects.

Tout va dépendre d’une chose en particulier : si vous êtes Geek ou non, en plus d’écrire.

Le papier et le crayon

Quand vous vous retrouvez loin de toute source d’électricité et d’Internet (si, si, c’est possible), le carnet de note est votre ami. Si vous avez besoin de rédiger en plus, des bons vieux cahiers.

Rédiger sur un carnet, c’est renouer avec une tradition, c’est plein de poésie. Et après tout, votre carnet aura toujours de la batterie, sa connexion à sa base de données, et n’aura jamais de mises à jour à faire.

Plus sérieusement, un carnet/cahier a des défauts : c’est difficile de classer les données. Pour cela j’utilise deux méthodes :

  1. Je numérote les pages (uniquement en bas à droite). Ça prend du temps au début, mais au moins ça permet de s’y retrouver.
  2. Je fais un sommaire en début ou fin de carnet, et je réserve plusieurs pages.

Le sommaire ressemble à quelque chose comme cela :

  • Gestion de projets : 4-6, 21, 27-31
  • Poésies : 7-12, 25-26, 32-40

Décryptage : Le cours sur la gestion de projets se trouve de pages 4 à 6, puis sur la page 21, et ensuite de la page 27 à 31. Si je lis les choses dans ce sens, je suis assuré de lire le sujet en continu.

De cette manière je prends les notes en continu. À la fin d’une longue séance de prise de notes, je reporte dans le sommaire le sujet et les pages correspondantes. Cela me permet de ne pas perdre de place ni d’avoir à faire des pronostics sur la taille de ce sujet. Je peux ainsi mélanger toutes les notes, le sommaire me redonne le bon ordre.

J’avais fait cela à l’époque en école d’ingé, et n’avais que mon petit cahier de notes. Fort pratique !

Pour les petites notes, j’utilise un carnet de type Moleskine, qui a l’avantage d’avoir une couverture rigide et un marque-page. Attention cependant à toujours l’avoir sur soi, ainsi qu’un crayon !

De la machine tu t’aideras

Le papier/crayon a des avantages énormes, mais quand nous sommes dans des conditions de bureau avec tout ce qu’il faut à portée de main, la machine nous aide (ordinateur fixe/portable, tablette, smartphone). Je vous conseillerai plusieurs fois Emacs et Org-Mode qui est très complet. Mais si vous n’êtes pas un Geek, il y a quand-même des solutions !

Une toute première recommandation : sauvegardez souvent !

Prise de notes

Le smartphone pour la prise de notes

Pour la prise de notes sur le vif, à part le carnet, le smartphone est votre ami. Les plus récents sont suffisamment pratiques pour permettre une prise de notes agréable et efficace. Ils sont également de plus en plus utilisés par les journalistes, ce qui est un signe.

Les plus :

  • On a « toujours » son téléphone sur soi
  • La prise de notes est de plus en plus pratique ;
  • Comme tout outil informatique, on peut éditer et classer ses notes.

Les petits moins :

  • Le smartphone est dépendant de sa batterie. Vous pouvez la prolonger en le mettant en mode avion le plus souvent possible, ça coupe toutes les connexions. Éviter également les jeux et l’utilisateur du GPS s’il est inclus dans votre smartphone. Il y a également des applications pour Android et Iphone qui réduisent la consommation.
  • Prendre des notes sur son téléphone, c’est bien moins glamour qu’un carnet, pas de différence avec l’envoi de texto !

Emacs et Org-Mode

Emacs est un éditeur de texte (et bien plus) qui fonctionne principalement sous GNU/Linux. Il utilise le pincipe des modes d’édition, qui changent le comportement de l’éditeur. Org-mode est un mode d’Emacs qui permet la prise de notes et l’organisation.

Emacs fonctionnant sous Org-Mode

L’utilisation d’Emacs implique d’avoir un clavier, donc vous ne pouvez pas l’utiliser facilement sur le vif. Néanmoins avec le mode Org-mode, vous avez un outil fantastique de prise de notes qui vous permet très facilement de prendre les notes, les réorganiser, les taguer, faire des liens, les exporter en PDF/HTML/ODT. Org-Mode permet aussi de gérer le temps, les tâches (TODO lists).

Avec Emacs, vous pouvez utiliser plusieurs fenêtres, ou frames. Cela permet par exemple d’avoir un fichier ouvert pour le texte, un pour la prise de notes, et un pour le plan de votre texte si vous rédigez un document très long.

Rédaction

Faut-il utiliser MS Word ? LibreOffice ? D’autres éditeurs de texte comme Emacs/Org-Mode ? Pour les blogueurs/rédacteurs en ligne, faut-il écrire directement dans l’interface de votre CMS favori (Content Management System = vitre WordPress, Joomla, Drupal, moteur de blog favori) ?

D’expérience, rédiger dans une fenêtre de navigateur donne trop de distraction. On a du mal à se concentrer, et il y a toujours le risque que la page du navigateur se ferme/actualise, ou que vous soyez déconnecté pendant que vous rédigiez.

Word et Libreoffice mélangent la rédaction et la mise en forme. Le débat a beaucoup fait rage sur le Net il y a quelques années (et ça continue), mais quand vous écrivez, vous avez besoin… d’écrire, pas de vous focaliser sur la taille de la marge de votre quatrième paragraphe de la page 27.

Il y a pas mal d’outils qui se focalisent sur la production de texte brut. La plupart sont très sobres, pour éviter la distraction, et tous se passent de la mise en page. Le meilleur à mon sens est toujours Emacs avec Org-Mode, car l’éditeur est avancé mais sobre. Beaucoup d’éditeurs de texte brut pour la rédaction ne servent qu’à prendre du texte. Org-mode permet en plus de gérer toute la partie organisation. Ainsi, ce qui était au départ un simple brouillon de brainstorming peut devenir un document complet comprenant tous les articles de votre site ou votre roman tout entier.

Rédaction d’un projet long avec Org-Mode et un Emacs tuné en plein écran

La distraction du éviteras

Le pire ennemi de l’homme moderne, c’est la distration. C’est pourquoi le Zen, les disciplines basées sur la concentration et la méditation bouddhique ont tant de popularité.

Sur ordinateur, cela prend la forme d’un navigateur web avec 36 onglets ouverts en permanence, votre skype, gmail, Facebook ou autre Twitter/Google+ ouvert en permanence… L’ordinateur devient une source de distraction telle que vous ne pouvez plus vous concentrer.

Pour cela, rien de tel que :

  • de couper la connexion Internet ;
  • de mettre votre éditeur de texte en plein écran ;
  • d’utiliser un éditeur de texte en texte clair sur fond foncé ;
  • d’utiliser un véritable dictionnaire papier.

Je ne rédige plus mes articles qu’avec un bon Emacs (vous l’avez compris) en plein écran. Les alertes système sont invisibles, et je coupe le son. Là, c’est plus inspirant !Autres outils

J’ai parlé ici principalement de rédaction et de prise de notes. D’autres outils sont extrêmement importants :

  • Les dictionnaires (logiciels ou non) ;
  • Les outils de sauvegarde ;
  • Les outils de gestion de version.

Ceux-ci vous permettront d’avoir le mot juste et de ne pas perdre vos précieuses données.

Lire aussi

  • Antidote
  • Sauvegarde et backup en ligne
  • Gestion de version pour les écrivains

Laisser un commentaire